Que vous disposiez d’un appareil numérique reflex ou pas, votre appareil dispose certainement d’un mode manuel. A quoi ce mode peut-il bien servir et qu’est-ce qu’il peut apporter par rapport au tout automatique que la plupart des appareils proposent. Pour répondre à cette question, commençons par d’abord revenir sur quelques principes de base en photographie pour comprendre à quoi le mode manuel peut servir.

La photographie c’est d’abord et avant tout une question de lumière, c’est elle qui va venir titiller le capteur de votre appareil photo pour qu’il finisse par décoder et traduire ce que vous voyez en une belle photo numérique. Les procédés utilisés par votre appareil photo pour obtenir une belle photo peuvent peut être vous paraître obscurs mais ils obéissent à des règles très simples et faciles à expliquer. Pour comprendre ce qui détermine l’apport de lumière dans votre appareil, il ne faut connaître que trois éléments: le diaphragme, l’obturateur et la sensibilité ISO.

 

Le mode manuel, pourquoi faire?

Avant de rentrer dans des explications plus techniques, la question à se poser est assez simple. Pourquoi devrait-on se casser la tête à utiliser un mode manuel? C’est vrai, aujourd’hui les appareils photos sont si simples qu’en un clic on obtient des photos parfois tout à fait correctes. Oui, c’est vrai mais… voici un petit exemple d’une photo prise par mauvais temps en mode automatique:
sous-marin redoutable mode automatique
Ok, on est à Cherbourg, le temps n’est pas superbe, le sous-marin n’est pas très coloré non plus donc bof-bof.

Alors que donne le mode manuel?
sous marin redoutable mode manuel

Pas la même photo hein? Et pourtant! Le mode manuel permet d’enregistrer des photos en format brut (aussi appelé RAW), ce format enregistre beaucoup plus de données qu’une photo normale et permet de révéler ce que le mode automatique ne peut pas révéler. Je ne vais pas rentrer dans l’explication du RAW ici, on verra ça plus tard, commençons par les bases.

 

Le diaphragme

Le diaphragme se situe dans l’objectif de votre appareil photo, il s’agit d’une ouverture circulaire à lamelles que l’on peut régler en fonction de l’ouverture désirée. Pour se faire
une idée de ce à quoi ressemble un diaphragme, il suffit de regarder un James Bond ! Dans chaque générique, on voit un cercle qui s’ouvre et se referme sur le personnage
de James Bond, voilà à quoi ressemble un diaphragme.

Photo de diaphragme

Photo de diaphragme

L’ouverture du diaphragme est graduée et utilise des valeurs fixes habituellement associées à un petit f suivi d’un chiffre. Il existe plusieurs valeurs possibles pour le diaphragme telles que f2 – f2.8 – f3.2 – f3.5 – f4 – f4.5 – … jusqu’au delà de f16 parfois. Il faut retenir deux choses de ces chiffres, la première c’est que les petits chiffres indiquent un grand apport de lumière car le diaphragme est plus ouvert tandis que les grands chiffres indiquent une plus grand fermeture du diaphragme et donc un apport de lumière moindre.

L’autre chose à retenir sur ces chiffres c’est l’influence qu’ils ont sur la profondeur de champs. La profondeur de champs est définie par la zone nette se situant derrière le sujet photographié. Une petite valeur de f indique un plus grand apport de lumière mais une plus faible profondeur de champs, cela veut dire que l’arrière du sujet tombera vite dans le flou. Une grande valeur de f indique un moindre apport de lumière mais une plus grand profondeur de champs.

En résumé:
Petit f = plus grand ouverture = plus de lumière mais profondeur de champs plus limitée
Grand f = plus petite ouverture = moins de lumière mais profondeur de champs plus grande

Exemples de profondeur de champs:

photo-avec-faible-profondeur-de-champs

photo-avec-faible-profondeur-de-champs


photo-avec-profondeur-de-champs-moyenne

photo-avec-profondeur-de-champs-moyenne

photo-avec-grande-profondeur-de-champs

photo-avec-grande-profondeur-de-champs

Pour comprendre la différence entre ces photos, il faut regarder l’ane et le dragon en fond de photo. Avec une faible profondeur de champs, les deux personnages sont prisonniers d’une zone floue. Avec une profondeur de champs moyenne, l’ane commence à etre visible dans la zone nette et avec une grande profondeur de champs ce sont les deux personnages qui se retrouvent dans la zone nette. Le point de départ pour le calcul de la profondeur de champs se situe sur le sujet choisi (ici le mouton).

 

L’obturateur

L’obturateur est un genre de clapet qui va jouer le rôle de porte entre la lumière extérieure et le capteur de votre appareil. Contrairement au diaphragme, ce petit clapet se situe dans le boitier de votre appareil photo et non pas dans l’objet. L’obturateur va l’espace d’un instant s’ouvrir pour laisser la lumière frapper le capteur de votre appareil. C’est d’ailleurs l’obturateur qui génère un bruit de claquement sur les appareils reflex, c’est l’ouverture et la fermeture de l’obturateur qui génère un clac-clac bien perceptible. Ce bruit est d’ailleurs bien souvent remplacé par un effet sonore artificiel sur les appareils compact et bridge. Le temps d’ouverture d’un obturateur est mesuré en secondes et on parle aussi de vitesse d’obturation. Cette vitesse peut être comprise entre 1/8000 secondes (et parfois moins encore) jusqu’à 30 secondes (et bien au delà).

A quoi sert l’obturateur ? A faire rentrer de la lumière, ça vous l’avez certainement déjà compris mais pourquoi faut-il déterminer une vitesse d’ouverture de l’obturateur? C’est très simple, quand il fait sombre l’obturateur doit rester ouvert plus longtemps pour laisser le temps à la lumière de s’imprimer sur le capteur. Si il fait très clair comme une scène en plein soleil, la vitesse d’obturation est très rapide car il n’est pas nécessaire de faire rentrer beaucoup de lumière sous peine de cramer la photo. A priori, on peut penser que le fait devoir gérer le vitesse d’obturation apporte une contrainte plutôt qu’un avantage, c’est pourtant faux. Un appareil en mode automatique effectue un certain nombre de compromis à votre place mais il ne peut en aucun cas effectuer des choix complexes. Si il fait sombre, le mode automatique aura tendance à enclencher le flash ce qui dans la plupart des cas est absurde car le flash a toujours une portée limitée. Dans les situations où la lumière est trop forte ou quand les contrastes sont trop importantes, le mode automatique va vous générer des photos avec de grandes zones blanches, là non plus on n’obtient donc pas l’effet désiré. Le choix de la vitesse d’obturation peut donc
éviter ce genre de problème.

En résumé
Vitesse d’obturation rapide = peu de lumière (ex: 1/2000 seconde)
Vitesse d’obturation lente = beaucoup de lumière (ex: 3 secondes)

 

La sensibilité ISO

Une fois que la lumière aura traversé le diaphragme et ensuite l’obturateur, elle va venir percuter le capteur de l’appareil photo pour qu’il transforme cette lumière en couleurs. La sensibilité du capteur va également influencer le résultat final, cette sensibilité est mesuré en unité ISO et il existe ici aussi plusieurs valeurs comme ISO 50, ISO 100, ISO 400,… Ici la règle est simple, un niveau ISO bas définit une sensibilité basse tandis qu’un ISO élevé définit une sensibilité plus haute. Concrètement, qu’est-ce que cela veut dire?

Cela veut dire que pour les environnements très lumineux il faudra utiliser une valeur ISO plus basse alors que pour les environnements très sombres, il faudra utiliser une valeur ISO plus élevée. Encore une fois, pourquoi ne pas laisser le mode manuel prendre le dessus? La réponse est la même que pour les paragraphes précédents, votre appareil en mode automatique doit faire des compromis et cela ne suffit pas toujours à obtenir une bonne photo. Si vous êtes en pleine montage sous le soleil et entouré de neige, la lumière sera très forte et pour éviter que votre photo ne soit complètement blanche, diminuer les ISO peut apporter une solution. La situation est la même pour les photos de nuit, une plus grande valeur ISO va rendre le capteur plus sensible et rendre plus lumineux les zones plus sombres de la photo.

Attention, l’utilisation de valeurs ISO élevées à une conséquence négatives sur la qualité des photos. Au plus vous montez dans la valeur des ISO, au plus votre capteur va générer ce que l’on appelle du bruit (noise en anglais) sur votre photo. Le bruit se caractérise par l’apparition de petits points de couleurs sur vos photos, ces points peuvent dans certains cas complètement détériorer une photo.

 

Manuel ou automatique ?

Avec ces explications, nous pouvons maintenant revenir vers notre question initiale, manuel ou automatique? Certaines réponses se trouvent déjà dans l’explication théorique
mais reprenons point par point ce qu’il faut en retenir.

En mode automatique, c’est votre appareil qui va décider quelles valeurs attribuer au diaphragme, à l’obturateur et à la sensibilité du capteur. Dans des conditions favorables de lumière, le mode automatique peut vous apporter un certain confort mais déjà là, vous pourriez peut être tirer profit du mode automatique notamment en ce qui concerne la profondeur de champs. Pour mettre un sujet en valeur, rien de tel que de diminuer la profondeur de champs afin que le fond soit flou et le sujet très net. Le mode automatique va se contenter de gérer la lumière mais il ne sait pas ce que vous voulez mettre en valeur.

Voici quelques autres exemples où le mode manuel vous apportera un bénéfice:

La pénombre:
Quand l’environnement se fait sombre que ce soit à l’extérieur en bord de soirée ou à l’intérieur par manque d’éclairage, le mode automatique va chercher la meilleure combinaison de vitesse d’obturation, d’ouverture de diaphragme et sensibilité ISO. Malheureusement, le mode automatique a une fâcheuse tendance à décider que le flash apportera une solution à son incapacité à trouver les bonnes valeurs pour la lumière. L’utilisation du flash est dans une majorité des cas totalement inadaptée. Le flash n’est utile que pour la photographie en studio et pour les photographie d’intérieur où le sujet n’est pas trop loin de l’appareil photo. Le flash n’a pas une très grande portée et quand il est enclenché il va inciter le mode automatique à réduire la vitesse d’obturation car le mode automatique pense que le flash apportera suffisamment de lumière pour éclairer tout l’environnement or c’est complètement faux! Vous obtiendrez une photo claire en forme de halo à proximité de l’appareil (dépend de la portée du flash) et tout le reste de la photo sera encore plus sombre qu’en réalité. Le flash a également tendance à fortement refroidir les couleurs d’une photo. Dans la plupart des cas, vous pouvez éviter ce problème
en passant en mode manuel, diminuez la vitesse d’obturation et désactivez le flash.

photo-avec-flash-mode-automatique

photo-avec-flash-mode-automatique

photo-sans-flash-mode-manuel

photo-sans-flash-mode-manuel

Voici un exemple montrant que le flash est à bannir dans bien des situations. La première photo est prise avec un flash, la zone frontale est très claire, la zone de fond est très sombre et des ombres sont projetées vers l’arrière. La deuxième photo n’utilise pas de flash mais uniquement un réglage manuel, la luminosité globale est beaucoup mieux équilibrée et il n’y a plus de halo de lumière ni d’ombre projetée.

Objet en mouvement:
Le mode automatique ne sait pas ce qui est important pour vous, si vous voulez capturer un objet qui se déplace rapidement et que les conditions de lumières sont favorables, le mode automatique va s’arranger pour que la photo soit globalement bien exposée mais votre sujet sera flou à cause du mouvement. Ce problème peut être résolu en passant en mode automatique et en augmentant la vitesse d’obturation.

Les tonalités:
Le mode automatique est un mode neutre en matière de tonalité. Avec le mode manuel vous pouvez choisir volontaire d’augmenter la clarté ou les zones d’ombres d’une photo pour renforcer certains aspects. En fonction de votre appareil, vous pouvez également modifier la balance des couleurs pour accentuer une couleur en particulier ou donner une autre couleur d’ambiance à votre photo.

Les contre-jours:
Vous n’avez pas toujours le choix de faire des photos dans les meilleures conditions, une photo avec une forte lumière de face n’est jamais à conseiller mais si le cas devait se présenter, vous pouvez limiter l’effet de la lumière en utilisant le mode manuel. Ce genre de photo s’accompagnera toujours par un sacrifice au profit du sujet, le fond de la photo peut devenir par exemple complètement blanc.

 

Comment utiliser le mode manuel au mieux?

Situation: manque de lumière, diminuez la vitesse d’obturation mais attention une fois arrivé vers 1/5 chaque tremblement rendra la photo floue. Vous pouvez encore augmenter la lumière en prenant des valeurs f plus basses pour le diaphragme. Attention, ouvrir le diaphragme diminuera votre profondeur de champs. Si cela ne suffit toujours pas, il vous reste l’option d’augmenter la sensibilité ISO. Pour les photos de nuits, il est presque impossible de trouver un équilibre obturateur/diaphragme permettant de prendre des photos sans transmettre les tremblements à la photo. Il faut dans ce cas utiliser un trépied, vous pouvez ainsi diminuer la vitesse d’obturation au delà d’une seconde.

Situation: lumière adéquate, mise en avant d’un sujet. Ouvrez le diaphragme au maximum (dépend de votre objectif) et faites la mise au point sur votre sujet. Attention un diaphragme très ouvert ne donne presque pas de profondeur. Si votre sujet prend de la place en profondeur, il risque lui aussi de partiellement tomber dans le flou.

Situation: sujet en mouvement. Si le sujet est à proximité et que l’environnement n’est pas important, vous pouvez utiliser le flash sinon il vous faudra augmenter la vitesse d’obturation pour figer le mouvement. Augmenter la vitesse d’obturation signifie que vous limiterez la lumière apportée au capteur, il faudra donc la compenser avec le diaphragme et ou la sensibilité ISO.

 
 
 

Commentaires : 15


Linda
merci Laurent !
 
Yohan
Trés bien les explications. Juste quelques fois ou au lieu de « mode manuel » vous avez inversé avec « mode auto. »
 
Péré Raphael
Merci beaucoup sa m’aide beaucoup en temps que novice et premier appareil photos (réflex) je trouve sa très clair et simple sauf effectivement quelque petit inversement de mode auto et mode manuel mais j’ai compris quand même :)
 
Maxime
Un très grand merci pour ce tuto, des explications très claires et simples à comprendre pour un novice !
 
Alain
merçi pour ce tuto clair et a la portée du débutant que je suis !

Alain
 
Sandy
merci pour ce tuto je compte investir dans un bridge et je veux l’utiliser au mieux!!!
 
Minnie
MILLE MERCIS

Merci, merci, merci, merci … (mon commentaire était trop court pour être publié)
 
Alain de Rouen
merci mille fois Laurent je suis un débutant de 57ans ,j’ai acheté un bouquin pour les nuls qui ne me sert a rien avec tes explications pas a pas basique je viens de comprendre pourquoi je rate beaucoup de photos.alors encore merci ,je pensais que je ne m’en sortirais pas,merci
 
Ludwig
Super grand merci pour ces explications, j’y vois maintenant vachement plus clair.

y a plus qu’à appliquer et tester … :-)

En effet, les petites inversions n’empêchent pas la compréhension.

Ludwig.(Sony Alpha 65)
 
TheBest!
Merciiiiii! C’est mon tt premier appareil reflex et je me disais que si on a un reflex c’est pour le mode manuel, merciiii !
 
Claudia
Excellent tutoriel! C’est très apprécié, merci!
 
Nikko
Tout est décrit avec simplicité. Et franchement ça fait du bien d’enfin comprendre à quoi servent les ISO, le diaphragme et l’obturateur !!!

Merci beaucoup d’avoir pris le temps d’écrire cette page, quand je pense à tous ces autres sites que j’ai lu sans rien comprendre….
 
Jean
Un prof de photo m’avait expliqué que c’était comme remplir un seau d’eau : plus le robinet est ouvert (diaphragme),plus vite se remplit le seau (obturateur)

Sinon excellente explication, claire et comprehensible
 
Justine
Merci Laurent, c’est super bien expliqué ! Je ne sais pas si tu connais, je me permets de faire un peu de pub pour une association avec laquelle j’ai pris des cours géniaux à Bruxelles (surtout avec Marin qui se reconnaîtra ) : http://www.lesphotographes.org

Merci, en espérant que tu continues le blog ? (ça fait un moment qu’il n’y a pas eu de posts !)

Ju’
 
MP
Merci pour ce tuto très bien fait pour les débutants comme moi :)
 

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
 
Photo panoramique: quicktime VR et ptviewer
Construire une photo panoramique demande un peu de technique et beaucoup de patience mais tout le monde peut le faire.
 
Tutoriel retouche photo avec Gimp
Nettoyer une photo ratée? C'est possible sans être un pro et sans devoir acheter un logiciel spécialisé comme Photoshop.
 
Tutoriel photo: désaturation partielle
Un sujet en couleur sur une photo en noir et blanc? Facile! Ca s'appelle la désaturation partielle et voici un tutoriel pour y arriver.
 
Photographier une goutte d'eau en vol
Capturer une goutte d'eau en plein vol n'est pas si compliqué que ça, il faut juste un peu de patience et une bonne vue.
 
Apprendre à utiliser son appareil photo en mode manuel
Avec le mode auto, tout est simple, parfois ça donne bien parfois pas. Avec le manuel vous ouvrez les portes d'un nouvel univers pour faire de superbes photos.
 
 
 
Fermer fenêtre
 
Formulaire de contact
Envie de partager une expérience? Une question ? Des échanges de liens? Pour me contacter, veuillez remplir le formulaire ci-dessous.

Votre nom
Votre adresse e-mail
Votre message
 

 
Fermer fenêtre
 
Fermer fenêtre