Booking.com
 
Jour 6: Alesund – Geiranger – Stryn (179 km – 4h44)

Après une nuit reposante malgré la présence de hordes de hollandais bruyants, nous reprenons la route pour commencer notre circuit dans les fjords. La route nous avait jusqu’à présent fait traverser des paysages montagneux recouverts d’une fine couche de glace, le paysage qui s’offre à nous maintenant est un paysage découpé avec brutalité faisant plonger les sommets presque verticalement dans les eaux des fjords. De nombreuses cascades vertigeuses débitent d’énormes quantités d’eau dans les fjords et le débit est tel qu’on peut se demander d’ou peut bien venir toute cette eau. Ce ne sont pas les quelques millimètres de pluie presque quotidienne qui pourraient provoquer un tel déchainement.

 

Itineraire

 

Geirangerfjord

Nous quittons Alesund le matin pour rejoindre le Geirangerfjord, celui que l’on nomme le roi des fjords. Alesund n’est pas très éloigné de Geiranger, il y a à peine 110 km mais il nous faudra compter près de trois heures pour arriver en vue de Geiranger. La route qui mène au village portant le meme nom que le fjord est absolument superbe, elle plonge en zig-zag vers le fond de la vallée avec une vue imprenable sur tout le coude du fjord. Nous nous arrêtons à un petit parking en haut du Geirangerfjord pour y entamer une petite randonnée. Un semblant de chemin nous fait traverser un petit cours d’eau avec quelques rapides et ensuite nous arrivons sur un des flancs de montagne plongeant sur le Geirangerfjord. La vue est spectaculaire et vaut bien les quelques efforts pour arriver à cet endroit. Derrière nous, de la glace en fonte créant un petit torrent d’eau claire, à côté de nous de vaste étendues de végétations et devant nous le précipice avec dans le fond le village, point de départ des croisières sur le Geiranger. Personne d’autre en vue dans les environs, le chemin est probable trop peu aménagé pour que des hordes de toursites l’envahissent, nous sommes seuls au monde dans ce décor grandiose.

De retour à la voiture, nous entamons la descente vers Geiranger. La route est étroite et de nombreuse épingles très serrées se succèdent. Pour compliquer les choses, des cars de touristes s’arrêtent à certaines épingles pour déglutir leurs passagers sur la route afin qu’ils puissent prendre une photo et puis remonter. Parfois plusieurs cars se succèdent dans un sens et une queue de caravanes et camping cars s’accumulent dans l’autre, c’est la première fois que l’on voit un bouchon en Norvège et ce n’est pas réellement ici qu’on pensait pouvoir en trouver un.

Arrivé à Geiranger, nous bifurquons directement vers l’embarquement du ferry. Ici une voiture sur 2 est immatriculée au Pays-Bas (meme hors saison), 1 voiture sur quatre est allemande et le reste sont pour la plupart des norvégiens en minorité dans leur propre pays. Il est possible de faire une mini croisière d’une heure sur le Geirangerfjord pour faire le trajet Geiranger-Hellesyth. Croisière c’est un bien grand mot car le bateau est un ferry comme les autres, pas de guide ni aménagement particulier, juste une voix qui explique certains points d’intérêts de ce fjord. Ce qui rend cette traversée plus particulière c’est que la traversée dure une heure et vous fait passer à travers un des plus beaux fjords de Norvège. Se retrouver dans ce petit bateau au milieu de ces falaises vertigineuses c’est une des étapes obligatoires de tout circuit dans les fjords. La traversée vous coutera 340 couronnes (soit +/- 38 EUROS).

 

Nordfjord / Hornindalsvastnet

Le ferry nous amène de l’autre côté du fjord à Hellesyth, il n’y a réellement rien de particulier à faire à Hellesyth, nous décidons donc de nous diriger vers Stryn où nous avons réservé une chambre pour la nuit. Le soleil a refait son apparition. Même si les nuages menaçants donnent un cachet aux paysages norvégiens, le soleil apporte une bonne dose de couleur qui est la bienvenue surtout après plusieurs jours de temps mitigé. Sur notre route nous nous arrêtons dans un petit village qui répond au délicieux nom de Grodas. Ce village n’a rien de particulier en dehors du fait qu’il est situé à l’extrémité d’un fjord (le Hornindalsvastnet) et qu’il offre une vue magnifique sur la vallée qui s’agrandit au passage du fjord. Une avancée de pierre brute posée dans l’eau nous permet de nous avancer à pied dans l’eau du fjord pour nous offrir une vue à 360° sur les environs. Grodas n’est pas un village touristique et peu de touristes doivent s’y arrêter. Nous étions arrivé depuis quelques minutes quand un groupe de touristes en moto nous aperçoivent et décident de s’arrêter également. Viennent ensuite encore quelques autres voitures dont nos inévitables voisins hollandais. Avant qu’une division entière n’arrive, nous décidons de partir et nous diriger vers Stryn.

 

Stryn

Stryn est un petit village coincée au bout du Nordfjord au milieu duquel serpente une petite rivière qui a des allures de rivière tropicale avec son eau verte-turquoise. Notre bouquin sur la Norvège nous avait dépeint Stryn comme une bourgade touristique sans intérêt mais franchement à moins de réellement faire le difficile, Stryn est un beau petit village idéalement situé et disposant de toutes les facilités pour s’y reposer. Les supermarchés sont ouverts jusque 23h, même le dimanche, on ne va tout de même pas se plaindre!

C’est à Stryn que j’ai compris un grand mystère de la Norvège. Sur tous le trajet, j’avais remarqué de nombreuses traces de pneus sur la route, souvent en zigzag, parfois en rond et surtout dans des endroits inhabités. Je me demandais bien ce que ça venait faire là et surtout qui s’amusait à faire ça car ce n’était pas visiblement un freinage d’urgence avant un accident. Et bien c’était tout simple, le cramage de gomme de pneus de voiture semble être une activité très populaire chez les jeunes norvégiens. Des jeunes s’étaient visiblement exercé sur un parking à Stryn. A en juger l’odeur et les rires des jeunes, le cramage avait du être d’un bon cru.