Une alternative à Camera RAW?

Dans le monde de la retouche photo, le reflexe naturel c’est Photoshop et plus particulièrement Camera RAW pour traiter les fichiers bruts. Photoshop est le leader incontesté depuis des années mais on voit de plus en plus d’initiatives moins couteuses venant titiller son règne. J’ai récemment testé Photolemur qui est loin de pouvoir faire de l’ombre à Photoshop mais qu’en est-il de PhotoWorks? Je ne connaissais absolument pas ce logiciel il y a encore un mois, les possibilités semblent nombreuses, voyons ce que le logiciel a dans le ventre.

Site officiel: https://photo-works.net/fr/

N’hésitez pas à poser vos questions dans la section des commentaires pour que tout le monde puisse en profiter.

Prix PhotoWorks

Avant de rentrer dans le test de Photoworks, je voulais faire un petit détour en parlant du prix car il jouera un rôle important dans votre décision. La suite Photoshop coute au minimum 280€ par an sous forme d’un abonnement, le modèle Photoshop a évolué d’une licence classique vers un système d’abonnement. PhotoWorks est disponible

à partir de 14€
et sa version pro coute moins de 30€. La différence est donc énorme!

Ces logiciels sont-ils comparables? Oui et non. Photoshop est un logiciel beaucoup plus complet que PhotoWorks et pour être correct, il faut comparer PhotoWorks à l’extension Camera RAW de Photoshop. C’est d’ailleurs ce que je vais faire dans ce test.

Fonctionnalités PhotoWorks

PhotoWorks offre une panoplie assez complète de fonctionnalités qui se rapprochent assez fortement de ce que Camera RAW peut offrir. Voici un aperçu de l’écran principale:

L’écran principal est assez bien organisé, les menus principaux sont en haut à gauche et ils donnent accès à toutes les fonctionnalités qui s’affichent à droite de l’image. L’ensemble est très clair et agréable à utiliser, il ne faut pas trop chercher pour trouver ce dont on a besoin. Un petit détail m’a particulièrement plus c’est la présence très visible du bouton de réinitialisation, c’est une fonctionnalité ultra pratique pour revenir à l’image de départ lorsque l’on se perd dans les nombreux réglages qu’offrent l’outil.

Il y a en tout 6 menus avec des fonctionnalités (voir ci-dessous). Il y a le menu des améliorations (contenant 3 sous-menus), le menu outils (recadrage, géométrie,…), le menu retouche (contenant embellissement de portrait, pinceau de correction,…), le menu effets (contenant des préconfiguration de traitement). Voici un aperçu de l’ensemble.

Le premier menu avec les améliorations de l’exposition et de la lumière ressemble assez fortement à ce que l’on retrouve dans Camera RAW, ceux qui ont déjà utilisé ce genre de logiciel s’y retrouveront facilement. Ceux qui n’ont jamais utilisé ce genre de logiciel vont devoir apprendre en tatonnant. Heureusement le logiciel invite à consulter de nombreux tutoriels en vidéos ou offre une assistance automatique pour démarrer. Cette assistance automatique n’est malheureusement pas très efficace mais elle permettra aux débutants de se familiariser avec le logiciel.

Type de retouche

Je vais effectuer des retouches dans Photoshop et PhotoWorks pour comparer les outils mais je vais me limiter aux réglages proposés par les outils, je ne vais donc pas modifier le contenu des photos (sauf pour les corrections) car cela me prendrait trop de temps de travailler chaque détail d’une photo. La comparaison des réglages devrait largement suffire pour voir les différences entre les outils.

Test 1 : mauvaises conditions

Pour démarrer ce test, je vais prendre une photo que j’ai prise en 2015 en Ecosse sur le bord du Loch Lomond. La météo n’était pas très bonne, il pleuvait un peu, il y avait beaucoup de nuages et l’ensemble était très gris. Je vais d’abord montrer la photo original en format RAW pour voir de quoi je démarre. Cette photo a l’air complètement ratée mais en réalité ce n’est pas le cas. Quand les conditions sont mauvaises je prends des photos neutres pour éviter de perdre le moindre pixel. Le résultat n’est donc pas très beau à la sortie de l’appareil mais il est possible de récupérer une grande partie des pixels trop clairs ou trop sombres.

Avant de rentrer dans le détail de ce test, je vais d’abord montrer que même si certains réglages portent le même nom dans Photoshop et PhotoWorks, l’effet est assez différent. J’ai fait un test avec la luminosité à fond des deux côtés.

Luminosité à 100% avec Photowork

Et voici la même chose avec Photoshop

On voit tout de suite que les deux logiciels traitent la luminosité de façon différente. Je ne dis pas que c’est bien ou pas bien, je veux juste démontrer que les logiciels ont des algorythmes différents et le résultat (même avec des réglages identiques) est donc différent.

Je reviens au sujet principal, la photo suivante illustre ce que je peux retirer de Photowork après quelques minutes de manipulation. Je ne connais pas encore le logiciel à fond donc il est peut être possible de faire mieux.

Le résultat n’est pas mauvais, j’ai réussi à récupérer une bonne partie de la luminosité et j’ai renforcé les détails. Je pouvais encore renforcer les différents effets mais l’apparition de bruit numérique était déjà très présente donc je me suis arrêté là. J’ai ensuite fait passer la même photo par Photolemur avec qui il n’est pas possible de régler quoi que ce soit, c’est sa soit-disant intelligence artificielle qui fait le travail. Voici le résultat.

Le résultat est meilleur que la photo de base mais les couleurs de la photo sont trop chaudes et la netteté n’est pas bonne donc pour cette première comparaison, je préfère PhotoWorks. Il me reste maintenant à comparer le résultat avec Photoshop, voici le résultat.

La retouche obtenue avec Photoshop est meilleure, les couleurs sont plus riches, le grain est moins prononcé et l’éclairage est globalement plus juste. Evidemment il aurait fallu que je sois un expert dans les deux logiciels pour être sur de comparer les deux logiciels à pied d’égalité. J’ai essayé les mêmes réglages des deux côtés mais je n’ai pas obtenu le même effet. Avec PhotoWorks on peut rapidement se détacher de l’image de base et venir avec des améliorations mais Photoshop offre plus d’options pour le peaufinage

Test 2 : bonnes conditions

Pour le deuxième test j’ai à nouveau choisi une image d’Ecosse, cette fois il s’agit d’une vue d’Edimbourg avec un éclairage beaucoup plus favorable que la photo précédente. Pourquoi cette photo? La photo présente de l’intérêt dans les contrastes de couleurs, il y a des zones très sombres proches du noir et des zones très éclairées proches du blanc avec entre les deux une multitude de couleurs et de détails. Il y a notamment le détail au niveau des arbres qui a pour but de tester l’algorithme de netteté des deux logiciels. Commençons d’abord par l’image original sortie de l’appareil photo sans modification.

L’image est un peu sous-exposée et les couleurs sont un peu ternes. Ce genre d’image ne devrait pas poser de difficulté aux deux logiciels testés. Commençons par Photoworks.

Comme dans l’exemple précédent, PhotoWorks livre une bonne prestation, l’éclairage est meilleur que dans la photo originale et les couleurs sont plus saturées. Je n’ai pas pu aller plus haut que 30 en clarté car l’image perd trop en qualité alors que Photoshop peut encaisser 60 sans problèmes. Les zones d’ombre sont moins foncées et l’image est globalement meilleure que l’originale. Regardons ce que l’on peut obtenir avec Photoshop.

Si on ne comparait pas la photo retouchée avec PhotoWorksavec cette photo provenant de Photoshop, on pourrait s’arrêter là et se dire que la photo est bonne. Avec Photoshop, on obtient un meilleur résultat et comme pour la photo précédente, c’est dans le détail que tout se joue. La photo est un peu mieux éclairée, on aperçoit mieux les détails de la tour gothique à gauche, les couleurs sont un peu plus justes mais cela reste une appréciation subjective. Ce qui me frappe le plus c’est le niveau de détail au niveau des arbres. Avec Photoshop on aperçoit une richesse de détails et de couleurs qui n’apparait pas dans les autres photos. L’algorithme d’accentuation des détails fait ici des merveilles. En travaillant un peu plus la photo avec Photoworks, on peut s’approcher du résultat de Photoshop au niveau des couleurs, cela se jour parfois à peu de choses. Par contre le rapport netteté / grain est toujours meilleur chez Photoshop

Test 3 : photo de nuit

Pour ce troisième test, on change de décor, nous sommes ici à Montréal au Canada. Les photos nocturnes sont souvent synonymes de bruit numérique et on doit presque toujours passer par un logiciel pour corriger ce problème. Voici la photo de base.

Pour une photo non retouchée, le résultat est déjà assez acceptable. Comme pour les autres photos je commence la retouche avec Photoworks.

Le résultat avec PhotoWorks est plutôt bon dans l’ensemble, les détails sont très présents mais cela se paie au niveau du bruit. Même avec le filtre anti-bruit mis au maximum, la photo reste très granuleuse et comme pour les exemples précédents, l’augmentation de la netteté se paie avec un ajout de grain assez important. Au niveau du ciel, on perd la lumière émise par certains batiments et on perd quelques étoiles. Au niveau du ciel, j’ai réussi à récupérer le noir de la nuit alors que la photo originale était très polluée. Regardons maintenant ce que Photoshop peut nous livrer.

La différence avec Photoshop n’est pas très importante, c’est de nouveau au niveau des micro-détails que Photoshop se distingue. On aperçoit mieux des fenêtres illuminées sur Photoshop et dans le ciel, on distingue encore quelques étoiles. On aperçoit encore le balayage de lumière partant de certains batiments alors que ce niveau de détail a disparu avec PhotoWorks.

Les fonctionnalités

A l’ouverture d’une image, PhotoWorks va directement vous proposer une liste d’améliorations automatiques. Ces améliorations automatiques ne valent pas grand chose malheureusement (c’est pareil avec le mode automatique de Photoshop) mais PhotoWorks va essayer de vous aider pour la plupart des fonctionnalités avec un tutoriel vidéo. Vous pouvez ainsi apprendre à maitriser l’outil à votre rythme. On sent bien que le logiciel n’est pas conçu pour les professionnels de la photo.

Pour les tests suivants, j’ai pris une photo de moi prise sur le fleuve Saint-Laurent au Canada. Pourquoi cette photo? Certaines fonctionnalités sont directement liées à la retouche de personnes comme vous pourrez le constater plus loin.



Outils > Changer l’arrière plan

Changer l’arrière plan est une pratique assez courante dans l’univers de la mode ou la photographie studio. On vous prend en photo en studio et ensuite on vous transpose artificiellement ailleurs pour faire croire que vous y étiez. PhotoWorks propose ce genre de fonctionnalité et c’est assez simple à utiliser. On définit d’abord les bords du personnage et ensuite le fond comme ceci:

Le détourage est très grossier mais c’est volontaire, vous verrez ainsi que l’outil est très simple à utiliser. Une fois le détourage terminé, vous suivez les instructions à l’écran pour faire quelques réglages et au final vous sélectionnez une image de fond (proposée par PhotoWorks ou une de vos images). Voici ce que ça donne en 2 minutes.

Le résultat final n’est pas de nature à tromper un oeil averti car il subsiste de bombreux défauts. On voit encore un peu d’eau autour de ma tête, la luminosité n’est pas correcte et le découpage n’est pas toujours correct mais pour 2 minutes de travail, le résultat n’est pas mauvais du tout. Si vous voulez un rendu plus réaliste, il vous faudra passer plus de temps à chaque étape du processus mais sachez que pour faire un véritable fake professionnel, il vous faudra sans doute un autre outil.



Outils > Réduction de bruit

Une des faiblesse de PhotoWorksc’est la production de bruit, la fonctionnalité de réduction de bruit va donc vous êtres très utile. Elle est un peu lente à la base mais vous pouvez améliorer la vitesse à partir du menu « affichage » et puis sélectionnez « utiliser le GPU ». Cela aura pour avantage d’utiliser votre carte graphique pour le calcul plutôt que votre processeur.



Outils > Courbes

Les courbes permettent de faire des réglages plus fins sur la luminosité de votre photo. Vous pouvez ainsi affiner les zones à éclairer en travaillant sur une courbe. La fonctionnalité est puissante mais contrairement au reste de l’outil, elle n’est pas facile à utiliser car il n’y a aucun levier de réglage, on travaille directement sur la courbe. Il existe des réglages par défaut mais il faut que ces réglages puissent s’appliquer à votre photo. En gros, si vous faites monter la courbe votre histogramme part vers la gauche et si vous baissez la courbe, il part vers la droite. Vous pouvez effectuer cette opération pour chaque couleur de base (rouge, bleu, vert) séparémment. Comme partout, en cas d’erreur, vous pouvez facilement revenir en arrière.



Retouche > Pinceau de correction

Pour enlever les petits défauts d’une photo vous pouvez utiliser le pinceau de correction mais malheureusement ce pinceau ne fonctionne que sur des petites zones. J’ai fait exactement la même opération dans PhotoWorkset dans Photoshop, voici la comparaison en commençant par Photoworks.

En haut à gauche de la photo, le pinceau a fait du bon boulot car on ne voit plus rien. Par rapport derrière mon dos et au niveau de l’horizon à droite, les dégats sont bien visibles. J’ai effectué le même coup de pinceau pour les deux logiciels, voyons ce que Photoshop nous livre.



Effets en tout genre

PhotoWorks propose une batterie d’effet à appliquer aux photos. Ces effets n’ont pour moi aucun intérêt pour de la retouche mais je peux concevoir que pour faire des photos amusantes, ces effets trouveront leur public.

Vidéos d’aide

Si vous voulez explorer les fonctionnalités de l’outil avant de l’acheter, vous pouvez consulter les vidéos d’aide disponibles sur YouTube:
Vidéos d’aide sur YouTube

Voici également la vidéo de présentation du produit:

Ce qui me manque

Entre ce que j’ai l’habitude d’utiliser avec Photoshop et ce que je peux trouver dans Photoworks, il me manque certaines fonctionnalités. Il y a notamment la possiblité de sauver les réglages pour les ré-appliquer à une autre photo. Ce n’est apparemment pas possible avec Photoworks et dans l’optique d’un traitement de masse, c’est un gros problème car il faudra répéter l’opération à chaque photo. Dans le même rayon, j’ai constaté un bug assez ennuyeux. Lorsque l’on applique un effet global (ex: réduction de bruit), tous les réglages de la section « améliorations » se remettent à zéro et forcément je ne me rappelle plus des valeurs utilisées avant de réduire le bruit. Je n’ai pas trouvé non plus une fonctionnalité indiquant les zones de sur-exposition/sous-exposition, ce genre d’indication est bien utile pour ne pas forcer le traitement.

Mon avis sur Photoworks

Avec une telle différence de prix entre PhotoWorks et Photoshop, on peut se douter que PhotoWorks n’arrivera pas à dépasser la référence du marché. J’imagine que les concepteurs du logiciels n’avaient pas ce genre d’objectif en tête de toute façon. Avec un prix d’entrée un peu au dessus de 10€, PhotoWorks offre une alternative crédible à Photoshop pour ceux qui débutent, les professionnels continueront à utiliser Photoshop. Les algorithmes de traitement d’image sont moins performants et on peut moins facilement aller chercher le micro-réglages qui va faire la différence. Avec un peu de pratique PhotoWorks permet de faire des choses très intéressantes. Si vous regardez la photo de nuit à Montréal, elle illustre parfaitement qu’en peu de temps, on peut obtenir quelque chose de vraiment intéressant.